Un poilu dans la Grande Guerre, Georges Tardy

Afin de permettre au public de découvrir les photographies de Georges Tardy, mais également les lettres qu'il rédigea régulièrement tout au long de la guerre, M. Bruno Tardy a édité l'ouvrage "Un poilu dans la Grande Guerre".
     Vous trouverez toutes les informations concernant cette édition en cliquant à droite sur la reproduction de la page de couverture. Le premier tirage étant épuisé, une nouvelle impression est en cours de préparation.
     Pour toute information supplémentaire : 
poilu14@free.fr

Passionné de photographie, Georges Tardy possédait un appareil et a ramené du front environ 400 photos inédites, dont certaines rarissimes, qui illustrent les lettres, complétées par les cartes postales qu’il a envoyées et différents documents. Une de ses photos a même été utilisée dans un documentaire sur les fraternisations pour la télévision. Au total plus de 500 illustrations dont plus de 50 en couleur.
     Sa correspondance est celle d’un simple soldat ayant une bonne instruction, mais qui ne peut pas tout dire à cause de la censure et veut rassurer ses parents. Les batailles ne sont décrites que par la suite, en les minimisant. Cette guerre ayant comporté pour les soldats de longues périodes de calme, d’ailleurs très relatif, les lettres même anodines ont été conservées pour connaitre ses préoccupations journalières.
     Des commentaires ont été rajoutés pour situer l’action dans un contexte plus général et apporter des précisions sur les différents déplacements et les opérations militaires.

Georges TARDY

Georges Tardy est né le 31 mars 1894 à Valence (Drome).
Mobilisé le 5 septembre 1914 au 159
e Régiment d’Infanterie, il suit une formation de pionnier avant d'être affecté en tant que tel à la compagnie 14/13 du 4e Régiment du Génie.
Le 1
er octobre 1915, il est muté à la compagnie 4/63. Le 27 octobre 1916, il passe
au 226e RI.
Promu caporal le jour de l'armistice, il
est démobilisé le 8 septembre 1919.

Tout au long de la guerre, Georges Tardy n'a cessé de prendre des photos. Son fils, M. Bruno Tardy, nous a aimablement autorisés à les diffuser sur notre site. Nous vous présentons donc ci-après une sélection des  documents qui nous ont semblé les plus intéressants.

Georges Tardy en 1916

Georges Tardy avait un frère, Jean, qui a également laissé quelques clichés de sa campagne sur le front d'Orient. Nous vous invitons à en prendre connaissance en cliquant sur la photo ci-contre.

 tardyj00-2.jpg

 

Cette page présente les reproductions d’un certain nombre de documents issus de ma collection personnelle, Il s'agit de photographies ramenées de la campagne des Dardanelles par un de mes oncles, ainsi qu’un grand nombre prises par mon père Georges TARDY. Les légendes sont celles d’origine. Elles ont été conservées dans un souci d’authenticité.

Les droits demeurent exclusivement réservés. Toute reproduction est soumise à mon accord et doit comporter la mention ‘Photos Jean Tardy’ ou ‘Photos Georges Tardy’. Elle est exclusivement réservée à un usage non commercial.

Bruno TARDY

 Un "contact" entre Français et Allemands en janvier 1916

Les cinq photographies ci-dessous constituent un document tout à fait exceptionnel : il s'agit d'une scène de "contact" pacifique entre soldats français et allemands, sur le front de la Somme, le 3 janvier 1916. On remarquera que les soldats allemands ne sont visiblement pas armés (pas de casque ni fusil apparents) et sont munis tout au contraire d'outils. Sur les premiers clichés, on voit distinctement certains d'entre eux s'affairer sur le sol. La scène se passant entre les lignes, on peut imaginer qu'une trêve tacite aurait été instaurée afin de permettre aux soldats germaniques de ramasser leurs morts. S'approchant peut-être plus que prévu des lignes françaises, poussés par la curiosité, une sorte de face à face surprenant s'en serait ensuivi. On constate très nettement sur les photos l'attitude pleine d'embarras et d'ahurissement des soldats français. Sur la dernière photo, les Allemands se sont regroupés, le photographe s'est quant à lui rapproché, et c'est une véritable photo posée qui nous est offerte !
Dans une lettre à sa mère du 4 janvier, Georges Tardy évoque cet incident sans s'y apesantir : "Hier nous étions au repos, mais à 4h nous avons été réveillés et sommes partis de suite pour le travail. Nous avons fait une tranchée à 40m des Boches en plein jour et tout le monde se pavane [? lecture incertaine] sur le terrain, c'est à n'y pas croire."
Vous pourrez lire ci-dessous l'opinion de Bruno Tardy sur ces clichés rarissimes, que seul un photographe non accrédité pouvait prendre.

tardyp08-4.jpg

tardyp08-5.jpg

tardyp08-6.jpg

tardyp08-8.jpg

tardyp08-7.jpg

 Boches au bord d'un entonnoir - 3 janvier 1916

 Boches sur les premières lignes

 Au 1er plan, petit poste français ; au 2e plan, petit poste allemand. Au fond, la cote 140.

Groupe de boches entre les deux lignes

Il s'agit de toute évidence d'un "contact", sinon d'un début de fraternisation. Rien de bien étonnant quand on voit la faible distance entre le poste français et le poste allemand, et quand on sait que le face à face s'est éternisé dans des conditions matérielles très dures.
Mon père parlait rarement de la guerre, mais il m'avait dit qu'à certains moments, ils échangeaient saucisson, chocolat, cigarettes... Ce qui, d'après ce que j'avais compris, ne les empêchait pas de se tirer dessus au commandement d'un supérieur.
D'ailleurs, on remarque que la légende parle de boches et non pas d'Allemands. Or ces commentaires, écrits par la sœur de mon père sur l'album, sont extraits de ses propres lettres, ou restranscrits d'après le texte qu'il a rédigé de sa main au dos des tirages.
Il doit s'agir d'un des rares témoignages photographiques de ce genre. Une anecdote racontée par mon père prouve qu'il régnait sur le front une certaine décontraction à cette époque. Un soldat sortait parfois des tranchées pour se soulager et le jeu consistait à tirer un coup de fusil à un mètre de lui, rien que pour le plaisir de le voir remonter son pantalon en vitesse et courir se mettre à l'abri. A 20 ans, on aime s'amuser ! Mais cela montre qu'en dehors des actions, le calme régnait.
Bruno Tardy
 

Automne-hiver 1915 en Artois : Carency, Ablain-Saint-Nazaire, Lorette, Souchez

tardyp01-3.jpg

tardyp01-5.jpg

tardyp01-7.jpg

tardyp01-9.jpg

tardyp02-5.jpg

 Groupe de prisonniers portant un blessé -
26 septembre 1915

Trou de mine près de Carency -
20 octobre 1915

 La source de Carency -
26 septembre 1915

Cantonnement de Mesnil-le-Boucher - 2 octobre 1915

La gare de Carency -
4 octobre 1915

tardyp01-8.jpg

tardyp02-6.jpg

tardyp02-7.jpg

tardyp03-1.jpg

tardyp03-4.jpg 

 Musée du poilu, chemin des claies - 23 septembre 1915

Chiens sanitaires au chemin du point G - 10 octobre 1915

Cuisine de la 14/63 près de Carency - 4 octobre 1915

Kommandature de Carency -
octobre 1915

Cimetière boche de Carency
17 octobre 1915
 

tardyp03-7.jpg

tardyp03-8.jpg

tardyp04-2.jpg

tardyp04-4.jpg

tardyp05-1.jpg

Les tonneaux près de la source [de Carency] au bas de la cote 119 - 16 oct. 1915

Georges Tardy et Gondola avec les masques [à gaz]

Intérieur de l'église d'Ablain-Saint-Nazaire

Vue générale d'Ablain-Saint-Nazaire - 22 oct. 1915

Intérieur d'une cagna - 6 novembre 1915

tardyp06-2.jpg

tardyp06-5.jpg

tardyp07-3.jpg

tardyp07-5.jpg

tardyp07-8.jpg

Vue de Souchez. Le plateau de Lorette. Au fond les puits - 28 novembre 1915

Moulin de Souchez - 28 novembre 1915

Scieurs de long au parc de la Cie 14/63 - décembre 1915

Abri du garde-magasin au talus des Zouaves

La cote 119 et le talus des Zouaves


Printemps 1916 : Verdun
 

tardyp09-3.jpg

tardyp09-4.jpg

tardyp09-6.jpg

tardyp10-1.jpg

tardyp10-2.jpg

 Halte à l'entrée d'un village - avril 1916

Equipage des ponts. Compagnie du 7e Génie

 Emigrants quittant la région de Verdun

Grande halte pendant une marche. Distribution de la soupe

Camions transportant les troupes à Verdun. Avant la zône dangereuse - avril 1916

Eté 1916 - Printemps 1917 : Somme

tardyp11-3.jpg

tardyp11-6.jpg

tardyp13-1.jpg

tardyp13-7.jpg

tardyp14-3.jpg

Construction d'un abri de mitrailleuses bétonné, dans le bois de Fresnes

Ambulance 205, pavillon 10, salle 5 - Commercy, 1er mai - 22 mai 1916

 Entrée de la galerie à la carrière, à 2 km des lignes - juillet 1916

Boucliers roulants - juillet 1916

Pièce de 75 contre avions

tardyp14-5.jpg

tardyp14-8.jpg

tardyp16-1.jpg 

 tardyp16-2.jpg

tardyp18-4.jpg 

Noir du 4e Chasseur d'Afrique, estafette d'artillerie - juillet 1916

 Enterrement de Dubois - juillet 1916

 Entrée de la carrière du bois de Boulogne

tardyp16-10.jpg

tardyp17-1.jpg

tardyp17-9.jpg

tardyp19-8.jpg

tardyp19-9.jpg

Embarquement pour le front à Crèvecoeur - août 1916

Mitrailleuse contre aéros - Chemin Creux, 15 septembre 1916

Prisonniers boches - octobre 1916

Remorqueur anglais sur la Somme - octobre 1916

tardyp18-7.jpg

tardyp18-9.jpg

tardyp20-1.jpg

tardyp20-7.jpg

tardyp20-9.jpg

Tirailleurs Sénégalais se lavant dans la Somme à Cappy - 11 septembre 1916

Tirailleurs Sénégalais

Canon de 320 ALGP sur voie ferrée près de Lamothe en Santerre - octobre 1916

Fusil mitrailleur en position - octobre 1916

Groupe ZA. Chirurgie. H.O.E. 34/2 - février 1917

tardyp21-9.jpg

tardyp22-7.jpg

tardyp23-3.jpg

 tardygp17-3.jpg

tardygp17-5.jpg 

Mary Carat (soprano) dans une Matinée artistique au dépôt des éclopés - Montataire, 22 avril 1917

Arbres fruitiers coupés par les boches lors de leur retraite en Mars 1917 - Audignicourt, 10 mai 1917

Arbre-observatoire boche - 11 mai 1917

 Herbecourt - 10 septembre 1916

 Abris dans un talus entre Chuignolles et Cappy - 20 août 1916

Eté 1917 : Chemin des Dames

tardyp24-5.jpg

tardyp24-7.jpg

tardyp24-10.jpg

tardyp25-2.jpg

tardyp25-3.jpg

La 19e Cie aux bains à Vezaponin. Piscine faite par les boches - 2 juin 1917

 Embarquement en autos pour le Chemin des Dames - 22 juin 1917

Abri Georges Tardy en 1ère ligne - Chemin des Dames, 16 juillet 1917

1ères lignes françaises au-dessus de Braye. A l'horizon, Chemin des Dames - 16 juillet 1917

tardyp25-4.jpg

tardyp25-6.jpg

 tardyp26-7.jpg

 tardygp26-1.jpg

 tardygp26-5.jpg

Petit poste mixte. Fusiliers-mitrailleurs et grenadiers - 16 juillet 1917

 Abris de la tranchée "Courant" - 22 juillet 1917

 Ruisseau près du bois "Bronzé" entre Braye et Moussy - 9 juillet 1917

 Canal de l'Oise à l'Aisne, près de Moussy - 10 juillet 1917

Automne 1917 - 1918 : les Vosges

tardyp28-7.jpg

tardyp29-1.jpg

tardyp29-2.jpg

tardyp32-7.jpg

tardyp33-4.jpg

Viaduc de Dannemarie - 26 août 1917

Pêche au filet près de Gevenheim - 25 septembre 1917

 [Photo sans légende :
ramassage de fruits]

Corvée de tir à Saint-Etienne (Vosges) - 3 mai 1918

Equipage de chiens de l'Alaska sur voie de 60 - Camp du Collet, 16 mai 1918

tardyp33-3.jpg

tardyp33-6.jpg

 tardyp33-8.jpg

 tardygp29-7.jpg

 tardygp32-1.jpg

Mitrailleuse de la CM5 en position de DCA sur chemin de fer - Vosges, 19 juin 1918

 Américains se rendant au camp du Collet (Vosges) - 17 juin 1918

 Geniez-Delorme et Gambier au travail - 30 septembre 1917

 Maison de Vaux où l'on a fait la cuisine... - 1er avril 1917

Hiver 1918 - été 1919 : occupation en Allemagne

tardyp37-6.jpg

tardyp37-4.jpg

tardyp38-3.jpg

tardyp38-7.jpg

tardyp38-9.jpg

La Rathausstrasse - Stolberg (Allemagne) - 1918

Extrémité de la Rathausstrasse et le Burg - décembre 1918

 4 bornes frontières. De droite à gauche : Hollande, Belgique, Allemagne et Moresnet [Belgique] neutre

Bateaux sur le Rhin - août 1919

Vue de Cologne - août 1919

 


Des remarques ? Des suggestions ?
Contactez-nous !
Mise à jour : juin 2005